Résidences intelligentes

Résidences intelligentes

L’objectif du projet Smart ETS Residence est de créer un environnement participatif entre chercheurs universitaires, l’industrie et le milieu étudiant. Le Laboratoire à ciel ouvert procure un environnement de test en situation réelle, mais tout en laissant aux concepteurs la maîtrise des paramètres.

Ce projet offre l’opportunité d’évaluer les nouvelles technologies d’une ville intelligente à plus petite échelle afin d’estimer les retombées sur différents aspects, tels que l’économie d’énergie, la conscience environnementale, le confort, etc. Un objectif ultime de ce projet est de réduire l’empreinte écologique d’un bâtiment en diminuant les émissions de gaz à effet de serre par une gestion efficace des ressources. Celle-ci s’effectuera par l’intermédiaire des objets IdO et de services à la demande, à l’aide d’algorithmes d’optimisation et de l’intelligence artificielle ainsi que des infrastructures et des ressources virtualisées.

Chaque appartement des résidences représente une maison connectée à lui seul. La maison connectée est une maison qui contient des dispositifs (capteurs de température, de mouvement, de bruit) et des appareils intelligents (télévision, chauffage, chaîne stéréo, électroménager…) Tous ces dispositifs sont interconnectés à l’aide de l’Internet des objets, un moyen de communication entre les appareils. Avec cette connexion, tous les appareils ont accès aux données des autres appareils.

Des exemples concrets

Ainsi, le capteur de température extérieur peut communiquer avec le chauffage à l’intérieur pour lui indiquer la température extérieure. La machine à café est connectée avec le réveille-matin et peut déterminer par elle-même l’heure à laquelle le café doit être prêt en fonction de l’alarme du réveille-matin. Le réveille-matin peut aussi être connecté avec les informations liées au trafic et devancer l’heure du réveil s’il y a un accident sur le chemin du travail.

Toutefois, pour le projet Smart ETS Residence, une dimension supplémentaire est étudiée, soit le bâtiment intelligent, qui consiste en un regroupement de maisons connectées. Des données seront représentatives de chaque appartement, mais il y aura aussi d’autres données et des agrégats de données qui correspondent à l’ensemble du bâtiment. L’idée derrière cette initiative est de créer un laboratoire qui simule une petite ville, mais où certains paramètres peuvent être contrôlés plus aisément pour la recherche. Par la suite, ce projet pourra être répliqué à plus grande échelle vers un quartier en entier, puis vers une ville.

Les résidences de la phase 4 du campus de l’ÉTS sont munies d’une infrastructure réseautique avancée assurant la connexion et la communication entre les objets intelligents présents. Des capteurs de courant seront installés dans les panneaux électriques afin de mesurer la consommation électrique des appartements et des différents appareils qui s’y trouvent. De plus, différents partenaires en démarrage y installeront leurs appareils. Citons notamment :

  • le projet PESDN, avec ses capteurs pour la surveillance de la qualité de l’air et de l’environnement ;
  • du côté industriel, Convectair, qui installera un chauffage intelligent dans les résidences.

Avec tous ces dispositifs mis en place, des données massives seront collectées et pourront servir à de futures recherches dans le domaine. Grâce à ces données, les chercheurs de l’ÉTS et des autres universités partenaires pourront étudier les différentes répercussions de la ville intelligente et offrir de nouvelles avenues pour l’avenir.