Projet Young : repenser Montréal

Projet Young : repenser Montréal

Directeur des politiques et du design et cofondateur,
Entremise

Catégories

Urbain

Mots-clés

  • espaces inutilisés
  • Montreal
  • urbanisation

Projet Young : repenser Montréal

Publié le:
22 janvier 2018
Date de l'événement:
Lundi, 22 janvier, 2018 (Jour entier)
Par Daphnée Malboeuf

Créer des espaces transitoires accessibles et abordables pour tous dans les bâtiments abandonnés de Montréal, voilà ce que les membres fondateurs d’Entremise ont voulu mettre de l’avant en créant le Projet Young, le tout premier Laboratoire transitoire situé au cœur du Quartier de l’innovation.

«Connecter des espaces sans personne à des personnes sans espace» est la devise qui se cache derrière le projet pilote d’occupation temporaire, qui verra le jour sous peu dans un bâtiment industriel municipal situé sur la rue Young. »

Animés par le désir de combler les nombreux espaces laissés vacants, Jonathan Lapalme, Mallory Wilson, Philémon Gravel, fondateurs d’Entremise, ont entrepris de créer un nouveau type de lieu civique et collaboratif qui permettrait de redéfinir la problématique de la vacance à Montréal, en plus d’offrir aux gens la possibilité d’occuper des lieux transitoires et ce, à prix très modiques.

«Les espaces vacants sont comme un paradoxe dans l’urbanisation des villes contemporaines. La juxtaposition de personnes en besoin d’espace et d’espaces abandonnés, il y a là quelque chose d’un peu paradoxal, explique le directeur des politiques et du design et cofondateur d’Entremise, Jonathan Lapalme. On peut s’entendre sur le fait que c’est inacceptable de laisser des bâtiments inutilisés, inaccessibles au public.»

C’est dans cette optique que le Projet Young mettra à disposition un espace d’une superficie d’environ 5000 p² sur une période d’environ 22 mois, soit de la mi-février 2018 au 31 décembre 2019.

 
Mallory Wilson, Philémon Gravel et Jonathan Lapalme, fondateurs d'Entremise.

Un changement qui s’impose

En plus de dénaturer le paysage et de détruire en partie le patrimoine, plusieurs conséquences néfastes s’imposent lorsqu’un bâtiment est laissé vacant, comme les risques d’incendie, qui se multiplient.

À l’occasion du symposium Montréal transitoire, l’idée d’urbanisme transitoire est devenue une priorité pour l’administration municipale.

En partenariat avec Entremise, la Maison de l’Innovation sociale (MIS) et la Fondation McConnell, la Ville de Montréal s’est donc engagée à transformer 10 bâtiments publics vacants pour usage transitoire.

«Les bâtiments que nous allons transformer, ce sont vraiment des usages entre-temps, qui viennent répondre à toutes les problématiques, les risques et les coûts liés à l’inoccupation, mais qui viennent aussi répondre à un besoin pour des espaces abordables, flexibles, qui développent une nouvelle façon de vivre ensemble», précise le cofondateur.

Repenser l’espace

Contrairement aux espaces de co-working déjà existants dans la métropole, le Projet Young tentera de créer une diversité au sein de ses usagers, qui favorisera les gens qui ont besoin d’un plus grand espace par personne pour travailler, par exemple des artistes ou encore des organismes communautaires.

Dans le but d’assurer un équilibre entre les différents besoins, le prix des espaces loués sera calculé en fonction du nombre de pieds carrés occupés et du nombre de personnes y travaillant.

Puisque les espaces transitoires se veulent en quelque sorte des incubateurs pour les gens qui aspirent à de grands projets, les candidats sont appelés à présenter leur projet à saveur culturelle, sociale, environnementale et entrepreneuriale.

«C’est un espace de transition pour les gens qui viendront s’y installer, souligne monsieur Lapalme. Des entreprises qui sont en développement et qui ne veulent plus avoir leur bureau dans leur salon ou un café, mais qui n’ont pas assez de moyens pour avoir un espace de bureau dans le marché actuel. »

«Le fait que ce soit au cœur du Quartier de l’innovation contribue à créer un climat d’expérimentation, On sentait qu’en choisissant ce lieu-là, on pouvait apporter beaucoup au quartier.»

Un comité de sélection sera chargé de choisir les futurs occupants parmi les gens qui auront soumis leur candidature d’ici le 22 janvier.

Projet Young : repenser Montréal