Ophelia: la nouvelle façon simple de gérer ses dettes

Ophelia: la nouvelle façon simple de gérer ses dettes

Catégories

Industriel
  • Social & Culturel

Mots-clés

  • Lab Innovation

Ophelia: la nouvelle façon simple de gérer ses dettes

Publié le:
17 janvier 2019
Date de l'événement:
Jeudi, 17 janvier, 2019 - 14:30

Entretien avec Patrick Roy, fondateur d’Ophelia fintech, une startup en résidence dans le Lab innovation Fonds de solidarité FTQ/QI, qui vient en aide aux personnes qui vivent avec des problèmes de surendettement.

Parlez-nous d’Ophelia. Que faites-vous exactement ?

Ophelia offre une solution au surendettement de Monsieur et Madame Tout-le-Monde grâce à la consolidation de dette et l’accumulation d’épargne. Nous rendons service aux gens qui n’arrivent plus à payer le solde minimum de leurs nombreuses cartes et marges de crédits tout en faisant des épargnes mensuelles.

Nous y arrivons en trois étapes faciles. La première est que nous rassemblons tous les prêts éligibles en un seul endroit (cartes de crédit, prêts personnels, marge de crédits, etc.). Dans un deuxième temps, Ophelia vous permet de payer à votre rythme, selon votre situation financière actuelle. Finalement, Ophelia place automatiquement une partie des paiements de ses clients dans un compte d’épargne qu’elle crée pour eux. Quand tout est remboursé, ils encaissent l’argent qui leur revient.

Ils n’ont, ainsi, plus à vivre avec le stigma de l’endettement, une réalité présente dans plusieurs ménages québécois. En effet, dans un sondage que nous avons mené, un répondant sur quatre avoue avoir menti ou caché le montant de sa dette au cours de sa vie. Un trop grand nombre de gens nous ont également avoué avoir déjà pleuré à cause de leur désarroi face aux montants de leurs dettes. Ophelia n’est donc pas simplement un outil de consolidation de dettes. C’est également un moyen d’humaniser la gestion de celles-ci.

 

D’où t’est venue l’idée de lancer cette entreprise ?

Alors que j’étudiais en psychologie, j’ai reçu un appel de ma mère qui me demandait de l’aide afin de rembourser trois cartes de 10K pleines qu’elle n’arrivait plus à payer. Nous sommes passés par les moyens dits traditionnels comme les services de consolidation de dettes, mais nous nous sommes fait refuser par la banque en raison des dettes trop avancées. Elle a coupé dans des dépenses d’usages comme le câble, l’épicerie, mais elle n’a pu tenir le coup puisqu’elle a dû faire face à une série d’imprévues (congés de maladie, réduction de nombre d’heures au travail, etc.). Il ne lui restait plus qu’à emprunter de l’argent à un taux déraisonnable ou déclarer faillite. Ce qu’elle fit. Les conséquences d’une faillite sont énormes. La faillite est notamment indiquée dans le bureau de crédit de la personne pendant 7 ans, ce qui rend plus difficile l’obtention de prêt dans le futur.

Ne comprenant pas comment il est possible qu’aucun filet n’ait existé pour porter assistance à ma mère avant qu’il ne soit trop tard, afin de lui permettre d’éviter la faillite, je suis allé faire un baccalauréat en comptabilité. J’en suis sorti avec la ferme conviction de développer une solution humaine au surendettement que vivent les particuliers. Une situation qui touche de nombreux foyers québécois.

Après quelques tests, j’ai fondé Ophelia avec mes partenaires, une solution qui offre aux particuliers, vivant avec le surendettement, de consolider leurs dettes à un taux raisonnable, mais également d’accéder à du soutien pour de saines habitudes financières.

 

En quoi est-ce que votre startup peut avoir un impact sur les particuliers surendettés avec lesquelles vous travaillez ?

On aide les gens à se désendetter tout en épargnant, c’est déjà ça. Mais, le plus grand impact que nous observons chez les gens que nous aidons, c’est leur soulagement. Le soulagement de ne plus être un individu avec une dette incroyable qui n’a aucune idée de comment s’en sortir. Celles et ceux qui viennent nous voir repartent avec des solutions et une offre à la hauteur de ce qu’ils peuvent payer. C’est souvent le petit « boost » qu’il fallait pour qu’ils se réengagent dans la saine gestion de leurs finances personnelles, plutôt que de rester dans le déni.

D'ailleurs, nous déployons beaucoup d'efforts pour comprendre le comportement des gens face à leurs dettes et leur gestion de celles-ci, dont un sondage de quelques minutes que nous vous invitons à remplir ici.

Ceci dit, vous n’êtes pas la seule offre de consolidation de dette sur le marché. Qu’est-ce qui fait de vous des innovateurs face à la compétition ?

La plus grande différence que nous avons avec les autres services de consolidation de dette, c’est notre capacité à offrir un taux d’intérêt réduit, tout en accompagnement les gens à améliorer leur santé financière avec l’accumulation d’épargne et le partage de trucs pratico-pratiques pour diminuer certaines dépenses. Une partie de chaque paiement qu’un client fait sur son prêt Ophelia, est placé dans en épargne dans un compte sécurisé. Cette garantie nous permet de vous offrir un bien meilleur taux d’intérêt. De plus, la durée des prêts que nous accordons tient compte de la situation financière actuelle de nos clients afin de leur offrir un taux d’intérêt réduit avec un maximum d’épargne. Enfin, nous faisons un accompagnement personnalisé pour les aider à prendre des habitudes qui amélioreront leur santé financière. Par exemple, on sauve énormément en amenant son sac de bagels et du fromage à la crème à son travail plutôt que de l’acheter dans un café chaque matin.

Quel est votre dernier bon coup ?

Nous allons bientôt recevoir un financement important qui nous permettra de faire des prêts à une cinquantaine de personnes d’ici le mois de mai ! Nous venons d’ailleurs de recevoir notre permis de prêteur d’argent. Il s’agit de deux étapes majeures dans notre développement, qui valident notre démarche et accroissent notre crédibilité.

Qu’est-ce que le Lab Innovation FTQ/Quartier de l’innovation vous apporte dans votre parcours ?

Le Lab innovation FTQ/Quartier de l’innovation nous permet d’évoluer avec un micmac diversifié de startups, d’ouvrir nos horizons et de partager nos pratiques. Par exemple, le modèle d’affaires de Gallea, une startup également en résidence dans le Lab qui a développé une galerie d’art virtuelle, est très original. Nous regardons aujourd’hui comment nous inspirer de leurs pratiques.

Comment voyez-vous votre avenir ?

Le ratio d’endettement des Canadiens, qui se situe à près de 175 % par ménage, est un problème majeur. Nous croyons qu’Ophelia s’imposera comme une solution préventive aux consommateurs leur permettant d’éviter de se retrouver dans une situation de surendettement.  Et nos récentes démarches auprès de banques canadiennes nous donnent confiance que nous pourrons offrir notre solution à leurs clients dans les prochains.  Bien sûr, il n’a rien de coulé dans le béton!  Mais je suis content de voir que les banques veulent faire partie de la solution et améliorer la santé financière de leurs clients.

Dans un horizon de dix quinze ans, nous souhaitons avoir une assez forte notoriété pour que les personnes en situation de surendettement sachent qu’avant de considérer la faillite, ils peuvent compter sur Ophelia pour s’en sortir. Afin d’y arriver, nous développons des partenariats avec les banques pour bâtir avec elles des mécanismes permettant de cibler les personnes qui ont besoin d’aide, afin qu’ils puissent nous les référer avant qu’ils deviennent l’un des 28 000 Canadiens qui déclarent faillite par année.

Vous êtes prisonnier de vos dettes et désirez savoir combien Ophélia pourrait vous faire économisez? Surveillez opheliafintech.com dans les prochaines semaines pour déposer votre application en ligne!