Montréal : ville yoga

Montréal : ville yoga

Porte-parole et actionnaire,

Volets du QI

Industriel
  • Social & Culturel

Mots-clés

  • yoga
  • startup
  • Montreal
  • plateforme web
  • calendrier

Montréal : ville yoga

Published on:
7 novembre 2017
Date de l'événement:
Mardi, 7 novembre, 2017 (Jour entier)

Le yoga s’est rapidement popularisé au Québec afin de devenir une activité pratiquée par de multiples adeptes. Les studios et styles de yoga sont de plus en plus nombreux et il devient parfois difficile de savoir où donner de la tête. La startup YogaTribes a été créée afin de rendre le yoga accessible à tous. Nous avons rencontré Georges Laraque, porte-parole et actionnaire de cette plateforme collaborative, afin d’en connaître davantage sur l’entreprise.

Démocratiser le yoga

YogaTribes est l’outil de l’heure pour rassembler amateurs, yogis et studios de yoga en un même endroit. Il s’agit en fait d’une plateforme web collaborative qui permet de s’y retrouver facilement dans l’offre de services de yoga à Montréal. « Je me faisais souvent dire « il y a tellement de styles et d’endroits où faire du yoga, je ne sais pas quoi choisir! » », nous explique Georges Laraque, qui a immédiatement vu le potentiel d’un tel projet lorsqu’il a été approché.

L’ancien joueur des Canadiens de Montréal nous confie s’être initié au yoga il y a 15 ans déjà en ne sachant pas réellement ce qui l’attendait : « Je suis un hyperactif … Je me disais que ce n’était pas pour moi du tout. Finalement, le yoga a remplacé presque en totalité mes entraînements hors glace. C’est bon pour la flexibilité et c’est bénéfique pour conserver la force physique. » Il a suivi Sophie Lymburner, fondatrice de la startup parce qu’il y croyait fermement, d’autant plus que le projet collait à son profil de philanthrope et activiste qui s’engage à promouvoir au quotidien un mode de vie sain et actif.


Photo tirée de Facebook

Comment ça marche?

Gratuite, la plateforme permet de se créer un profil, puis de s’orienter à travers les différents styles et quelques 10 000 studios et professeurs qui y sont regroupés. On peut utiliser la carte interactive et choisir le studio le plus près de chez soi. On peut également faire appel au robot yoga qui, en fonction de nos goûts, de nos préférences et de nos buts en termes d’activité physique, nous suggère le type de yoga qui correspond le mieux à nos besoins. On choisit un studio, notre horaire, on paie et ça y est!

« YogaTribes ne rend pas le service plus cher pour les élèves. Au contraire, cela leur permet de tester plusieurs studios avant de trouver celui qui convient le mieux. Pour les studios, c’est aussi une excellente façon d’obtenir de la visibilité. À long terme, ils s’attirent souvent une clientèle fidèle et nouvelle, qui n’aurait peut-être pas connu le studio sans YogaTribes. »

Innover façon yoga

Ce qui caractérise le service, c’est son audace. C’est une plateforme qui appelle à la collaboration de par l’échange entre les studios et leurs adeptes, mais aussi entre les enseignants et leurs élèves. YogaTribes, en plus de faciliter l’inscription aux cours, permet la création de tribus qui consistent en fait en des groupes de partage. C’est simple : un chef de tribu (un professeur de yoga) s’inscrit et peut informer ses abonnés lorsqu’il souhaite par exemple donner un cours à l’extérieur. « Ça donne une certaine reconnaissance aux professeurs, ça les valorise en dehors des studios. Si un professeur enseigne à plus d’un endroit, ça permet aux abonnés de suivre leur prof préféré sans être dépendant d’un studio! »

YogaTribes met aussi sur pied d’intéressants événements. Le plus récent et intrigant : le Yoga immersif organisé au Bassin Peel au début du mois de septembre. Lors d’une journée entière, le public est invité à pratiquer le yoga au son de la musique d’un D.J. diffusée à travers un casque d’écoute spécialement conçu pour couper le son extérieur. « Le professeur nous donne des indications que l’on reçoit à travers les écouteurs. On se sent dans une bulle, c’est super intéressant! Ça se termine par un dance party immersif, un party individuel dans les oreilles de chaque personne ».


Crédit photo: YogaTribes

Porter la collaboration à l’international

Lorsque tous les studios du Grand Montréal seront inscrits à YogaTribes et que son modèle d’affaires aura fait ses preuves, ses créateurs espèrent être capables de faciliter l’accès au yoga dans le monde entier. Leur but est évidemment de populariser la plateforme à l’international pour qu’il soit aussi simple de faire du yoga dans une ville étrangère qu’à la maison. En attendant, ils travaillent fort à faire de Montréal une ville yoga… Et cette plateforme est un excellent point de départ pour y arriver!

Montréal : ville yoga