La Factry: la créativité, ça s’apprend!

La Factry: la créativité, ça s’apprend!

Marie Amiot
Cofondatrice,
La Factry

Volets du QI

Industriel
  • Social & Culturel
  • Formation & Recherche

Mots-clés

  • créativité
  • réalité du travail
  • école
  • Montreal
  • enjeux

La Factry: la créativité, ça s’apprend!

Publié le:
17 mars 2017
Date de l'événement:
17 mars 2017

Dans quelle mesure la créativité est-elle nécessaire dans le monde du travail? Peut-on apprendre à devenir créatif? Y a-t-il des techniques pour la développer? Rencontre avec Marie Amiot cofondatrice de La Factry, une école de créativité récemment lancée à Montréal, qui enseigne à ses étudiants à développer leur créativité.

Si Montréal est reconnue pour son dynamisme, sa créativité, son large bassin d’entrepreneurs, son évènement C2MTL, comment se fait-il qu’elle n’ait pas encore son école dédiée à la créativité? Mme Amiot confirme : « On ne peut pas prétendre avoir comme pilier économique la créativité sans en prendre soin, la nourrir et la faire évoluer. »

La tendance est là. De plus en plus d’écoles du genre fleurissent à travers le monde et elles commencent à venir s’installer au Québec et au Canada. C’est donc chose faite: bienvenue à La Factry, la toute nouvelle école qui enseigne les sciences de la créativité à Montréal.

Cinq individus. Un timing. Une croyance partagée.

Derrière La Factry, il y a la rencontre de cinq personnes qui partagent une même vision:

  • Philippe Meunier, fondateur de Sid Lee, convaincu depuis 10 ans qu’il manque à Montréal une école qui forme à être créatif, à faire face à la réalité du travail, à travailler de façon transdisciplinaire, innover et créer ensemble;
  • L’A2C (Association des Agences de Communication Créative) qui démontre dans ses études que nous vivons beaucoup de changements et que le Québec a besoin de former les professionnels en vue de la relève;
  • Ugo Cavenaghi, PDG du Collège Sainte-Anne, connu pour être un peu le mouton noir de l’éducation au Québec, dit depuis des années qu’il faut réinventer la formation parce que la réalité du marché du travail a beaucoup évolué et que les jeunes ne sont pas correctement préparés à être des acteurs dans cette économie changeante;
  • Hélène Godin et Marie Amiot qui, au moment de l’aventure, souhaitaient démarrer une nouvelle entreprise. « Dans nos vies, le timing était parfait. »

C’est l’an dernier, pendant l’évènement C2MTL, que les cinq compères décident de fonder officiellement La Factry. Selon eux, il était temps de bâtir à Montréal un campus axé sur la créativité pour nourrir cette ressource naturelle que le Québec, et Montréal en particulier, possède.

La créativité nécessite un travail quotidien

Selon Mme Amiot, il ne faut pas regarder la « créativité » comme une caractéristique artistique. Pour elle et ses partenaires, c’est la capacité à trouver des solutions nouvelles à des enjeux d’entreprises ou de sociétés. D’ailleurs, ils la nomment « sciences de la créativité ».

« On a fait exprès de coller le mot science à créativité, car on a souvent tendance à penser que la créativité c’est très artistique, on né avec et puis c’est tout. Alors que non; pour développer des produits créatifs, il y a un contexte à développer, une rigueur, des outils, des façons de faire » nous explique Mme Amiot. « Nos enseignants livrent leur sauce secrète sur comment organiser une entreprise pour favoriser une culture créative afin que les équipes livrent des produits créatifs. C’est une posture mentale que l’on peut travailler, organiser et inculquer dans une entreprise. »

Alors oui ce sont des compétences qui se développent et qui s’apprennent. Dans les cours proposés, on en trouve certains qui aident les gens à développer leurs compétences créatives, mais également d’autres qui amènent les gens à développer de nouveaux modèles d’affaires.

La créativité une compétence indispensable

« Les choses bougent énormément et les industries doivent se renouveler. Les problèmes d’affaires autant que les problèmes de société sont trop grands pour arriver à les résoudre seul. Nous croyons que la créativité est un énorme vecteur de changement. C’est une compétence clé pour les entreprises et les sociétés; et elle s’organise, elle s’apprend, elle se développe. »

À terme, 600 personnes sont attendues dans les murs de La Factry, dont environ 200 jeunes et 400 professionnels. D’un côté, La Factry développe un volet de formation continue de niveau universitaire en partenariat avec l’ÉTS (École de Technologie Supérieure) et de niveau collégial avec le collège Ste-Anne. « On développe avec eux des cursus de cours mieux adaptés à la réalité du travail. Et La Factry vient faire le trait d’union entre les jeunes et les industries. » D’un autre côté, l’école offre aussi un volet de formation spécifique à destination des professionnels.

La créativité au cœur du Quartier de l’innovation

Mme Amiot et son équipe sont actuellement à la recherche active de locaux. Mais une chose est sûre, ils seront installés dans le Quartier de l’innovation. « C’est certain! » affirme Mme Amiot. Car La Factry souhaite tisser des liens de proximité avec ses partenaires et pouvoir ouvrir ses portes aux personnes du quartier, « par exemple, on veut qu’il y ait du tutorat créatif pour les enfants du quartier après les cours  ».

Le discours est sérieux, le terreau fertile, les graines sont semés, faisons place à la créativité!

La Factry: la créativité, ça s’apprend!