Evey

Evey

PDG et Co-fondateur,

Catégories

Industriel

Mots-clés

  • assistant personnel
  • maison intelligente
  • ÉTS
  • objets connectés

Evey

Publié le:
9 février 2018
Date de l'événement:
Vendredi, 9 février, 2018 (Jour entier)
Par Gabrielle Julien

Installée au Centech, la startup Evey révolutionnera le marché des assistants personnels intelligents grâce à une technologie qui permet de reconnaitre les préférences des utilisateurs et de s’adapter rapidement à celle-ci. En attendant sa mise en marché prévue pour la prochaine année, nous nous sommes entretenus avec Keaven Martin, PDG et co-fondateur d’Evey.

Concrètement, en quoi consiste votre produit?
Physiquement, Evey s’apparente à un interrupteur de lumière. Il démarre et demande à l’utilisateur de s’identifier. Lorsqu’un individu se positionne devant, Evey reconnait de qui il s’agit. Il faut deux semaines seulement à la technologie pour apprendre les préférences des individus dans la maison. Par exemple, lorsqu’une personne fixe la température à un certain niveau ou écoute un genre de musique en particulier, Evey apprend ces combinaisons de préférences et d’utilisateurs et les applique par la suite de lui-même, sans qu’on ait à le programmer. Par contre, quand il s’agit de configurations qui peuvent s’avérer plus « risquées », par exemple lancer la machine à café 18 minutes après le réveil, l’assistant demandera s’il peut effectuer le changement. Si un matin Evey ne détecte pas de présence d’individu dans la maison, il ne préparera tout simplement pas de café.

Explique-nous comment fonctionne la technologie.
On compte trois éléments principaux qui permettent à la technologie de fonctionner : la détection, l’apprentissage et l’interaction. D’abord, les capteurs et caméras détectent la présence d’individus dans la maison et reconnaissent de qui il s’agit. C’est ce qui permet d’adapter le service, l’environnement à chaque individu. Ensuite, Evey mémorise des références associées à chaque individu, c’est-à-dire leurs préférences (l’intensité de lumière, la température ambiante, le style de musique écouté) et leurs habitudes (l’heure à laquelle l’individu quitte pour le bureau et rentre à la maison, son horaire quotidien). Puis, selon ces données, il entre en interaction avec les produits connectés dans la maison, que ce soit les téléviseurs, les haut-parleurs, le thermostat ou encore la mijoteuse.


Photo tirée de Facebook - Evey

Comment Evey a-t-elle vu le jour?
Nous étions étudiants à l’École de technologie supérieure (ÉTS) en génie électrique en 2012 quand nous avons pensé au concept. Nous cherchions à créer une entreprise dont le produit mis en marché reflèterait les besoins des consommateurs. Mon père a travaillé dans la domotique, l’installation de systèmes de contrôle d’appareils à distance dans un bâtiment, pendant plus de 20 ans. Le problème avec cette pratique, c’est qu’elle demande des larges équipes d’installation, l’utilisation de serveurs puissants, des programmeurs qui passent des semaines à configurer le système… Cela entraine des coûts énormes et le système ne peut pas apprendre les préférences et habitudes des gens par lui-même. Evey, c’est une version connectée, intelligente et moderne de la domotique, qui aura un prix décent et sera facile à installer.

De quelle façon Evey se différencie-t-elle du marché de la domotique, de la maison intelligente et des assistants virtuels?
La domotique traditionnelle n’est pas axée sur la détection profonde, c’est-à-dire qu’elle n’adapte pas ses actions en fonction des personnes. Il faut avoir la tablette en main pour demander des changements. Il y a une détection de mouvement, mais ça ne s’inscrit pas parmi les systèmes intelligents parce qu’il ne détecte pas si la personne est toujours dans la pièce, assise sur le divan, immobile, par exemple.

Dans la gamme des assistants virtuels, comme Google Home ou Amazon Eco, c’est une réaction à des commandes vocales. Il faut obligatoirement demander pour qu’il y ait action. Dans notre cas, on se concentre sur l’intelligence et l’autonomie.


Photo tirée de Facebook - Evey

Vous faites maintenant officiellement partie des projets du Laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente, fondé par Vidéotron, Ericsson, l’ÉTS et le Quartier de l’innovation. Quel est l’apport du LabVI à votre projet?
Le LabVI nous permet d’exécuter des tests dans un environnement réel. Pour des startups en technologie, c’est généralement peu possible de le faire parce que c’est très coûteux. Avoir un partenariat de la sorte change vraiment tout. En octobre 2017, nous avons débuté une première phase de tests dans un condo meublé dans le complexe Arbora Griffintown pour valider les principes d’interaction avec chaque personne. Nous poursuivons maintenant le tout dans une résidence de l’ÉTS. La prochaine étape avant la mise en marché devra se faire dans des logements habités.

L’objectif de la startup est clair : faciliter la vie de ses utilisateurs afin qu’ils éprouvent un niveau de confort supérieur grâce à Evey. Selon Keaven Martin, plus de 1000 objets connectés pourront être intégrés au service dans les prochaines années afin de rendre les maisons plus intelligentes que jamais.

Evey