Embrace the Life VR

Embrace the Life VR

Directrice générale,
Embrace the Life VR

Catégories

Industriel

Embrace the Life VR

Publié le:
11 avril 2018
Date de l'événement:
Mercredi, 11 avril, 2018 (Jour entier)
Par Daphnée Malboeuf

Utiliser la réalité virtuelle dans le but de développer des simulations interactives qui favorisent la réhabilitation physique et cognitive : voilà ce que la jeune entreprise Embrace the life VR s’est donné comme mandat.

Désireux de bâtir un projet ayant un impact social, c’est en discutant avec leurs amis et nouveaux collègues de travail, Grigore Ciobanu et Iulian Ciobanu, tous deux atteints de myopathie, que Artur Zaiat et Naima Abbadi ont eu l’idée d’utiliser la réalité virtuelle pour rendre Montréal accessible aux gens à mobilité réduite.

«Artur disait que la réalité virtuelle était principalement utilisée pour les jeux vidéo, mais il souhaitait que son projet ait un impact social, se souvient Naima Abbadi. Je trouvais qu’il y avait plusieurs usages thérapeutiques que nous pouvions faire pour y inclure la réalité virtuelle.»

Au cours des conversations entretenues avec leurs amis en fauteuils roulants, l’idée a cependant évolué.

«Lorsque nous avons discuté des problématiques rencontrées par les personnes en fauteuil roulant, nos amis nous ont parlé du déplacement difficile à travers la ville, certes, mais aussi du fait que les gens n’utilisaient pas le transport en commun, le métro notamment, en raison de l’anxiété et l’angoisse que ça pouvait leur causer, raconte madame Abbadi, qui détient un Doctorat en génie biologique et médical. Ils nous disaient que c’était souvent mal indiqué, qu’ils avaient peur d’être coincés, etc.»

C’est à ce moment que leur est venue l’idée de mettre sur pied une simulation via réalité virtuelle, qui permettrait aux personnes à mobilité réduite de diminuer leur angoisse par rapport à l’utilisation des transports en commun.

Le prototype mis sur pied par Embrace the Life VR permettra donc aux gens de visiter l’itinéraire souhaité, de l’entrée jusqu’au quai d’embarquement d’une station de métro, et de voir comment en sortir également. L’application mobile, qui devrait être lancée sur le marché dans six semaines, sera gratuite et le masque de réalité virtuelle requis pour visionner sera en carton pour que les gens puissent facilement y avoir accès grâce à leurs téléphones cellulaires.  

«Nous allons d’abord tester l’engouement par rapport au produit, via les téléchargements et les likes, et si la réception est bonne, nous allons aller de l’avant avec l’ensemble des stations de métro», indique la cofondatrice du projet.

En plus du métro, Embrace the life VR a également choisi d’intégrer les autobus de la ville à son programme.

«On sait qu’il y a maintenant des sessions de pratique et de formations pour permettre aux gens de savoir comment prendre l’autobus sans se blesser et sans blesser les autres. Nous avons monté, via réalité virtuelle, un programme qui fait ça. La personne voit arriver l’autobus, elle voit la rampe et elle se pratique à monter dedans.»

«L’effet de la réalité virtuelle nous permet de le vivre concrètement. On a un sentiment de présence, une interactivité et un engagement réel. La personne qui est plongée dans l’environnement peut interagir et quémander des choses. Nous avons un grand sentiment de réalité, parce que la qualité du visuel est tellement bonne, qu’on y croit vraiment.»

Les diverses plateformes de pratiques, comme les champs de pratique virtuels permettent aux utilisateurs de s’autoévaluer et de recommencer autant de fois qu’ils le veulent sans nécessairement à avoir à se déplacer. Un procédé qui permet également de respecter le niveau d’apprentissage de tous et chacun.

«En diminuant l’anxiété des gens, on leur permet de sortir, d’être autonomes et de pouvoir sortir pour leur permettre une intégration sociale, affirme Naima. Que ce soit pour aller faire l’épicerie, pour aller à l’école, pour aller travailler, ou encore faire une sortie le soir.»

Récemment intégrée au Lab Innovation du Fonds de solidarité FTQ/Quartier de l’innovation, l’entreprise a eu l’opportunité de rencontrer plusieurs entrepreneurs et investisseurs lors des diverses activités de réseautage, en plus de bénéficier d’infrastructures gratuites afin de développer leurs idées.

«Lorsque j’ai vu l’opportunité, j’ai vraiment sauté à pieds joints, souligne Naima. Nous sommes vraiment fiers parce que nous sommes dans les premières cohortes et nous partageons une vision commune, une vision plus humaine, et c’est pourquoi nous avions été interpellés au départ.» 

Embrace the Life VR